Newsletter Notre magasin partenaire r Le tournoi des 4eme series
X

CONNEXION

Déjà inscrit(e) ?



Mot de passe oublié ?

Si vous souhaitez vous inscrire


Créer un compte

Conformément aux dispositions de la loi dite Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent recueillies via ce formulaire. Vous pouvez à tout moment exercer ces droits auprès de : TENNISADDICT-YAMS – 2 rue de la nuée bleue – 67000 Strasbourg ou de la page gestion de votre compte.

LE MAGAZINE DU MATÉRIEL DE TENNIS

CHAUSSURE

S'ABONNER

RAQUETTE

compétition

Roland Garros, poumon du tennis français

TennisAddict le mag n°8 - Septembre 2012 | 01 Septembre 2012 à 8h00

Par Jérôme Fechter

À EUX SEULS, LES INTERNATIONAUX DE FRANCE REPRÉSENTENT PRÈS DE 85% DU CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL DE LA FFT. AVEC PAS MOINS DE 72 MILLIONS D'EUROS DE MARGE GÉNÉRÉE, REDISTRIBUÉE POUR FINANCER LA VIE DE LA FÉDÉRATION, LE TOURNOI S'AVÈRE PLUS QUE JAMAIS UNE MANNE.

En un siècle, Roland Garros est devenu un événement populaire mondial, une marque et même une griffe de mode, de parfum, de design automobile. Les chiffres affolent les compteurs : 162 M€ de chiffre d'affaires pour sa dernière édition.  Un business ? Oui ! Car la légende ne suffit pas à faire vivre le tournoi. Et, par extension le

tennis en France, puisque la FFT, son organisateur, en tire son principal revenu.  « Dans les années 70, le tournoi ne gagnait rien, rappelle Gilbert Ysern, directeur du tournoi. À l'époque, Roland Garros était à la traîne derrière l'US Open et Wimbledon, il y avait un risque de désaffection de la part des grands joueurs de tennis. »

SUCCESS STORY SOUS L'ÈRE CHATRIER

Le tournoi décide alors de gonfler les dotations d'année en année afin d'attirer les meilleurs joueurs « car tout part de la valeur sportive de l'événement, qui fait la réputation des joueurs qui le remportent et son succès auprès du public… » Son modèle économique actuel débute ensuite réellement sous l'impulsion de Philippe Chatrier, président de la FFT de 1973 à 1993. Figure du tennis français et mondial, le dirigeant agrandit le stade et pose des jalons pour l'avenir.  En 1980, Roland Garros lance d'abord un village consacré aux relations publiques. La construction du court no.1 la même année, puis celle du Suzanne Lenglen en 1994,
donnent de l'ampleur à l'événement. La fédération fait encore un autre choix stratégique qui s'avérera fructueux : élargir au maximum la diffusion télé en privilégiant les chaînes publiques, plutôt que de vendre au plus offrant. La success story  accompagne le boom du tennis français des années 80 : 1,4 millions de  licenciés en 1986, un pic jamais égalé depuis ! C'est l'époque des deux opérations « 5.000 courts », les fameux programmes de construction qui doperont la pratique. L'époque des champions aussi, Yannick Noah victorieux en 83, Leconte finaliste en 88. 

+ 53% DE CHIFFRE D'AFFAIRES EN DIX ANS  

Plus que jamais, la fédération française de tennis entretient un rapport fusionnel avec son tournoi, dont le poids atteint aujourd'hui 85% du chiffre d'affaires de la FFT. La « richesse » dégagée par Roland Garros hors investissements s'élève  à 72 M€. Dont près des trois quarts – 49 M€ –  directement réinjectés par la FFT dans la vie du tennis en France.  À titre d'exemple, en 2010  « 37,4% ont servi à soutenir la vie des ligues, comités et clubs, 30,6% le développement de la pratique, la formation, les compétitions nationales et autres activités éducatives et sociales ». Le reste allant à la modernisation du stade.  Une véritable manne. D'autant plus précieuse qu'avec une progression de 53% en 10 ans, Roland Garros ne connaît pas la crise. 

« LES AUTRES FÉDÉRATIONS NOUS REGARDENT AVEC ENVIE »

Un tennis sous perfusion ? « Mieux vaut maîtriser son développement que d'être trop dépendant de fonds publics ou extérieurs », répond Gilbert Ysern. Le modèle est d'ailleurs comparable à tous les autres pays accueillant un Grand Chelem. « Les autres fédérations nous regardent avec envie », confie Bernard Pestre, DTN adjoint en charge de la formation.

NOUVEAU STADE EN 2017

Le phénomène devrait même s'accentuer avec la livraison, sur le même site, du nouveau stade prévu avec un peu de retard pour 2017. Une nécessité, pour se mettre au niveau des trois autres Grand Chelem. En doublant sa superficie, de 8,6 à 12,8 hectares, le tournoi approchera ainsi les 14 ha de l'US Open, le plus petit de ses homologues. Sa capacité d'accueil atteindra alors  40.000 spectateurs en journée, plus 15.000 supplémentaires lors des sessions de nuit ! Probablement la plus grande révolution attendue, grâce à la réalisation d'un toit rétractable sur le central.  L'extension inclut également la création  d'un nouveau court de 4.950 places  entouré par les serres d'Auteuil, en remplacement du court no.1, ainsi que l'élargissement du Suzanne Lenglen, qui prendra la forme d'un central bis. Plus de confort, plus de spectacle, plus d'entrées… Et une diffusion sans cesse accrue (137 diffuseurs en 2012 !). Les images et la ferveur de Roland Garros pénètrent aujourd'hui jusqu'en Chine.  Près de 100.000 habitants de Pékin ont suivi cette année les matchs en direct sur écran géant. « Le succès du tennis français va de pair avec les Internationaux »

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Gilbert Ysern, directeur du tournoi

Pour justifier la création du nouveau stade, Jean Gachassin affirme que «  l'avenir du tournoi est aujourd'hui menacé ». N'est-ce pas un peu exagéré ?

G.Y : À terme non. Car le côté relativement exigu des infrastructures et le manque de confort aurait pu conduire des stars à renoncer à faire le déplacement. Nous voulons jouer la carte de la qualité : plus d'espace pour les joueurs, les RP, les médias, les meilleures conditions d'accueil etc. Les sièges seront  plus larges et plus profonds, les vestiaires agrandis et rénovés… 

Quel objectif visez-vous en termes de retombées ?

G.Y : On ne court pas après le chiffre d'affaires ni  le gigantisme. Cela ne me gêne pas que l'US Open ait plus de spectateurs.  Notre objectif est tout simplement d'offrir le plus beau tournoi du monde !

À quoi ressemblerait le tennis français sans Roland Garros ?

G.Y : Une chose est sûre, il ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui !  Le succès de la pratique et l'éclosion des stars vont de pair avec celui des Internationaux.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Roland Garros en chiffres

BILAN ÉCONOMIQUE

Chiffre d'affaires (CA) 2012 : 162 M€  + 7% par rapport à 2011 + 53% en dix ans   Droits TV (34%), partenariats (20%), relations publiques (21%), billetterie (18%),  Autres (7%). 85% du CA la FFT (192 M€) 330.000 produits dérivés vendus pendant le tournoi  17.69€ de panier moyen dépensé par les spectateurs dans les boutiques du stade 1.250.000€ de dotation aux vainqueurs 273 M€ d'investissements pour la modernisation du stade d'ici à 2017  (financés à 88% par la fédération)

AUDIENCES

37.385 places assises  430.000 spectateurs sur la quinzaine 1er tournoi de tennis en termes de diffusion

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Insolite!

60.000 balles utilisées 

24,8 kg : tension moyenne demandée par les joueuses aux cordeurs officiels

23,9 kg : tension moyenne chez les hommes

10,7 kg : tension la plus basse réclamée

237 km/h : vitesse du service le plus rapide, réalisé par le Canadien Milos Raonic. 

120 kg de bananes consommées par les joueurs.

Photos : FFT

Par Jérôme Fechter


En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

OK En savoir plus