Newsletter Notre magasin partenaire r Le tournoi des 4eme series
X

CONNEXION

Déjà inscrit(e) ?



Mot de passe oublié ?

Si vous souhaitez vous inscrire


Créer un compte

Conformément aux dispositions de la loi dite Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent recueillies via ce formulaire. Vous pouvez à tout moment exercer ces droits auprès de : TENNISADDICT-YAMS – 2 rue de la nuée bleue – 67000 Strasbourg ou de la page gestion de votre compte.

LE MAGAZINE DU MATÉRIEL DE TENNIS

FORUM - SUJETS RÉCENTS

joycasino ?·?µ?????°?»?? ???°???‚?° Lith

Par KevinFat, 23 août 2017

???¶???????°?·?????? joycasino Lith

Par KevinFat, 23 août 2017

CHAUSSURE

S'ABONNER

RAQUETTE

actu

Portrait : La 2ème vie de Jim Courrier

TennisAddict le mag n°21 - Mars 2017 | 07 Mars 2017 à 8h00

Par Baptiste Blanchet

Aujourd'hui âgé de 46 ans, le double vainqueur de Roland-Garros est capitaine de l'équipe américaine de Coupe Davis tout en assurant les interviews d'après-match à l'Open d'Australie.

Il y a 25 ans, précisément le 2 octobre 1991, James Spencer Courier Junior, alias Jim Courier s'empare de la place de n°1 mondial. Paradoxalement, l'Américain vient alors de s'incliner au 3e tour du tournoi de Stockholm. Mais cette consécration récompense une année quasi parfaite, marquée par deux titres en Grand Chelem (Open d'Australie puis Roland-Garros), plus une demi-finale à l'US Open. Pur produit de l'académie Nick Bollettieri, Courier étonne par sa technique issue du baseball. Hyper puissant en fond de court, principalement côté coup droit, doté d'une bonne première balle, l'Américain est un parfait mélange de puissance et de vitesse sur le plan physique (1,85m pour 82 kilos). On l'oublie parfois mais, Porte d'Auteuil, celui qui ne quitte jamais sa casquette blanche a réussi une étonnante série de 20 victoires consécutives : il remporte l'édition 1991 contre André Agassi, puis celle de 1992 devant Petr Korda (ne perdant qu'un set au cours de la quinzaine), avant d'échouer lors de la finale 1993, en 5 sets face à Sergi Bruguera. Fair-play malgré la défaite, le natif de Sanford évoque ses progrès en français lors de la remise des prix. Sa phrase «L'an dernier, je parlais comme une vache espagnole», restera culte.

23 tittres en carrière

Son «règne» relativement court (58 semaines entre 1992 et 1993), s'explique aussi par son ascension fulgurante qui lui

permet de devenir le plus jeune joueur de l'histoire à atteindre toutes les finales en Grand Chelem à seulement 22 ans et 11 mois. Mais progressivement, l'avènement de Pete Sampras coïncide avec son déclin (14e mondial fin 1994). En 2000, Courier se retire du circuit avec un palmarès XXL : 23 titres dont 4 majeurs, plus 2 Coupe Davis (1992 et 1995). «J'ai tiré tout ce que je pouvais de mon jeu, déclare-t-il après avoir été handicapé par
une blessure tenace au bras droit en 1997. Je n'ai plus faim. J'en ai assez».

Courier conserve plusieurs casquettes 

Mais il reste particulièrement actif. Directeur d'une société l'événementiel sportif baptisée Inside-Out (qui a été rachetée depuis), «Battling Jim» a relancé les Champions Series qui sont devenues les Power Shares Series, un circuit qui rassemble les grands noms du tennis aux Etats-Unis (McEnroe, Sampras, Agassi, Roddick, Chang ou Courier lui-même). Fin 2010, à 40 ans, il remplace Patrick McEnroe à la tête de l'équipe américaine de Coupe Davis. Un poste qu'il occupe encore aujourd'hui mais sans grande réussite sur le plan sportif. En parfait businessman, l'homme aux cheveux roux porte d'ailleurs un jugement contrasté sur la formule actuelle. Inventif, Courier propose un format plus ramassé (une semaine de qualification plus 2 semaines de compétition en fin de saison) afin d'en faire une sorte de 5e Grand Chelem. «Le tennis pourrait vraiment utiliser ce moment pour en faire un événement planétaire, un peu comme la Coupe du monde de football. Ce ne serait pas très compliqué et je suis sûr qu'il y aurait plein de pays prêts à accueillir une telle compétition. Surtout si on y ajoute la Fed Cup. Ça aurait de la gueule», indiquait-il lors dans un entretien accordé à l'Equipe Magazine.

Marié et père de famille 

Commentateur pour de nombreuses chaînes (CBS, Tennis Channel, ITV), Courier est aujourd'hui connu pour assurer les interviews sur le court à l'Open d'Australie pour le compte de Channel 7. A la fois taquin et pertinent, il profite de sa proximité avec les joueurs : «Moi, ce que j'aime, c'est que les joueurs racontent leur manière de gérer les moments clés d'une rencontre. J'ai envie de savoir ce qui s'est passé dans leur tête. Mais ces interviews sont avant tout une occasion pour les joueurs de dévoiler leur personnalité au public. Je suis donc un peu tiraillé entre ce que j'ai envie de leur demander et ce qu'il est bien que je leur demande pour répondre aux attentes des supporters». En 2010, il épouse la belle Susanna Lingman, qui a longtemps joué sur le circuit ITF (elle fut 565e WTA) et pendant ses quatre années d'études à Harvard. Le couple a un fils prénommé Kellan. Enfin, la fondation Courier's Kids, assure la promotion du tennis dans les banlieues de St Petersburg en Floride.

Par Baptiste Blanchet


En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

OK En savoir plus