Newsletter Notre magasin partenaire r Le tournoi des 4eme series
X

CONNEXION

Déjà inscrit(e) ?



Mot de passe oublié ?

Si vous souhaitez vous inscrire


Créer un compte

Conformément aux dispositions de la loi dite Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent recueillies via ce formulaire. Vous pouvez à tout moment exercer ces droits auprès de : TENNISADDICT-YAMS – 2 rue de la nuée bleue – 67000 Strasbourg ou de la page gestion de votre compte.

LE MAGAZINE DU MATÉRIEL DE TENNIS

CHAUSSURE

S'ABONNER

RAQUETTE

actu

Quel est l'impact des surfaces dures sur le corps ?

 

C'est presque une habitude, la fin de l'année est marquée par les blessures. Safina, Murray et autre Simon, pour n'en citer que quelques-uns, en ont été victimes en 2009. En cause, la répétition des matchs et une saison fleuve : du 1er janvier jusqu'à début décembre, pour ceux qui jouent la Coupe Davis. Pas plus d'un mois de break au total.
Faut-il y voir aussi la conséquence d'un changement de surface, sachant que la plupart des tournois indoor de fin de saison (Paris-Bercy, Lyon etc.), auparavant pourvus de moquette, se jouent aujourd'hui sur dur ? La jugeant trop traumatisante pour le corps, certains réclament la réduction du nombre de tournois sur cette surface. À l'heure où les joueurs s'apprêtent à partir pour l'Australian Open, également joué sur dur, quel est réellement l'impact des surfaces dures sur le corps ?

L'éclairage de trois spécialistes du tennis de haut niveau.
 

Par Tennis Addict, Florent Godard

 

"Les joueurs ne seront pas prêts"
Entretien avec Christophe Gaillard kinésithérapeute ostéopathe (team Lagardère/Paris).

 

 



"C'est l'adhérence qui pose problème"

Entretien avec Philippe Lacroix, médecin officiel du Grand Prix de tennis de Lyon depuis 2007

 

 

 

"Les blessures sont plus fréquentes sur dur"
Entretien avec Ivan Prothoy, docteur en médecine du sport (polyclinique des Alpes du Sud -Gap)

 


 

Par vanessa fechter


En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

OK En savoir plus