Newsletter Notre magasin partenaire r Le tournoi des 4eme series
X

CONNEXION

Déjà inscrit(e) ?



Mot de passe oublié ?

Si vous souhaitez vous inscrire


Créer un compte

Conformément aux dispositions de la loi dite Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent recueillies via ce formulaire. Vous pouvez à tout moment exercer ces droits auprès de : TENNISADDICT-YAMS – 2 rue de la nuée bleue – 67000 Strasbourg ou de la page gestion de votre compte.

LE MAGAZINE DU MATÉRIEL DE TENNIS

CHAUSSURE

S'ABONNER

RAQUETTE

actu

Paroles de supporter. Le show à l'américaine vu du « Club France »

 

Thierry W., licencié à Strasbourg, nous décrit l'ambiance de l'US Open, un tournoi auquel il a assisté en 2005 : du grand spectacle et une immersion immédiate avec les membres du « Club France ». Un noyau qui réunit à la fois les supporters et clans des joueurs français.

 

 

Quel type de ticket as-tu choisi ?

Thierry W. : « Avec un ami, on a pris des billets pour trois journées plus trois soirées sur le court central (NDLR : le court Arthur Ashe), en fin de première semaine. Avec, au milieu, un jour de battement pour visiter un peu la ville. L'avantage c'est qu'avec les places pour le court Arthur Ashe, on peut aller sur tous les autres courts, y compris les courts principaux. Contrairement à Wimbledon, où une place sur le Centre Court ne vous autorise pas à rentrer sur le court no.2. »

 

L'ambiance à New York semble très différente de celles de Paris ou Londres, il y a les sessions de nuit, de la musique, on entend constamment un bruit de fond...

T.W : « Oui. A New York, les spectateurs, mangent, boivent et n'arrêtent pas de discuter. Ça m'a un peu choqué au début. C'est une atmosphère différente des autres tournois. J'ai aussi fait Roland Garros et Wimbledon et ça n'a rien à voir. À Roland Garros, par exemple, c'est plus un public d'amateurs, plus respectueux, et il y a une vraie communion entre le public et les joueurs. À Wimbledon, c'est une ambiance plus feutrée etc.
Tandis qu'à l'US Open, c'est un show. Il y a plus de spectacle : ils passent de la musique entre les points, les spectateurs sont vraiment chauds, on fait plus de bruit, on crie, on encourage beaucoup plus. Quand un Américain joue en night session, c'est démentiel ! »

 

Les courts sont vraiment immenses. Pas trop dur de voir la balle sur le court Arthur Ashe ?

T.W : « (Sourire) La première fois, ça allait car on était bien placé en bas. Mais j'avoue que le dernier soir, où nous n'avions que des places en haut, je regardais plus l'écran géant que le court lui-même ! Nous étions installés plus haut que le niveau de la dernière rangée de tribunes de Roland Garros. Heureusement que le court est équipé d'un bon écran. »

 

Quels joueurs as-tu vu?

T.W : « Sur le central, les meilleurs joueurs du monde, comme Federer. Mais j'ai aussi pu voir les joueurs français de très près, sur les courts annexes. Bien entendu, les grosses têtes de séries sont programmées sur les grands courts, mais j'ai eu la chance de voir, à l'époque, des joueurs comme Monfils sur des « petits » courts. Je dis petit parce que tous les courts sont assez grands. Il n'y a pas de courts sans tribune. J'ai aussi vu Santoro, Paulo etc. »

 

En allant supporter les tricolores, tu expliques qu'on s'intègre naturellement dans un groupe de Français, spectateurs, coachs et proches des joueurs inclus. C'est vraiment si facile?

T.W : « Oui, on l'a baptisé « le club France ». C'est un rassemblement non structuré, complètement informel, qui réunit les supporters français, relativement peu nombreux, aux clans des joueurs (amis, sparring-partners, préparateurs physique, entraîneurs...). Un petit groupe d'une vingtaine de personnes par jour en moyenne.

Tout se fait naturellement et de manière informelle. Plus encore qu'à Wimbledon, des blocs nationaux se forment à l'US Open. Concrètement, on se rend très vite compte qu'on est Français et on décide de se déplacer en groupe pour aller encourager les joueurs, en s'installant souvent au premier rang, à proximité du clan des joueurs français. C'est ainsi que se nouent de petits contacts et qu'on vit des moments sympas, parfois même cocasses.

Je me souviens m'être retrouvé à côté d'Éric Deblicker, alors entraîneur de Richard Gasquet, qui jouait sur un court annexe. Il commentait les points et les fautes de son joueur. Je l'entendais râler, dire « c'est n'importe quoi... » lorsqu'il manquait un service à 130km/h etc. On a même échangé quelques mots. Il m'a par exemple expliqué qu'une faute de pied ce n'est pas seulement lorsque le pied d'appui touche la ligne au service. Si un pied franchit la ligne de fond de court avant que la balle ne soit frappée, il est compté comme faux. Des petites choses comme ça, qu'on n'imagine même pas à Roland Garros.»

 

 


Propos recueillis par Tennis Addict, Florent Godard

 

 


Ses conseils de visites en dehors du tournoi :

  • Se balader dans les quartiers. La ville est grande, il faut du temps, mais le métro est plutôt rapide.
  • L'Empire State Building.
  • Central Park.
  • Musée d'Art moderne / Guggenheim (tableaux de Manet, Monet, Cézanne, Gauguin, Renoir, Vincent van Gogh, Picasso, Chagall, Modigliani, Kandinsky...).
  • Broadway, si on aime le théâtre.
  • Les grands magasins.
  • Le Madison Square Garden.
  • Ground Zero. J'étais monté sur le World Trade Center lors d'un précédent voyage. C'est impressionnant de voir cette zone aujourd'hui, quand on se replonge dans le passé et qu'on réfléchit à l'aspect symbolique d'un tel endroit.

A savoir (cf. 5 astuces pour profiter de l'US Open)

  • Les sacs sont interdits. Il faut mettre ses affaires dans un sachet et son sac à la consigne. Ça prend facilement un quart d'heure.
  • Attention, il fait très chaud. La casquette est obligatoire. J'ai pris un coup de soleil dès le premier jour !

 

Par florent godard


En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

OK En savoir plus