Newsletter Notre magasin partenaire r Le tournoi des 4eme series
X

CONNEXION

Déjà inscrit(e) ?



Mot de passe oublié ?

Si vous souhaitez vous inscrire


Créer un compte

Conformément aux dispositions de la loi dite Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent recueillies via ce formulaire. Vous pouvez à tout moment exercer ces droits auprès de : TENNISADDICT-YAMS – 2 rue de la nuée bleue – 67000 Strasbourg ou de la page gestion de votre compte.

LE MAGAZINE DU MATÉRIEL DE TENNIS

CHAUSSURE

S'ABONNER

RAQUETTE

actu

Le tournoi de toutes les surprises

Première levée du Grand Chelem, l'Open d'Australie est aussi un lieu où la loi des séries ne semble pas exister. Contrairement à l'US Open et surtout Wimbledon qui sacrent ses empereurs pour une décennie : Sampras pour les années 90, Federer dans les années 2000, le tournoi apprécie le changement.

Certes, les mauvaises langues diront qu'au cours de l'ère Open André Agassi s'y est imposé quatre fois et que Wilander et Federer y ont glané chacun trois titres.

Mais hormis eux, aucun joueur n'y a enlevé plus de deux trophées en quarante ans. Et que dire de tous ces joueurs qui ont remporté leur seul et unique titre majeur aux antipodes, comme Korda, Johansson ou Djokovic (pour l'instant) et des finalistes surprises : les Tsonga, Gonzalez, Baghdatis, Schuttler et autre Clément…

Du côté du tennis féminin, moins riche en surprises en Australie, on se souvient qu'Amélie Mauresmo y a tout de même disputé sa première finale, que Mary Pierce y remporta son premier Grand Chelem en 1995.
 

 

 


Une hiérarchie bientôt renversée ?

Calendrier oblige, en tout début de saison – du 18 au 31 janvier cette année – l'Australian Open accueille des joueurs encore peu préparés ou encore marqués par la saison précédente. Plus que les autres tournois, il sourit aux compétiteurs frais, rapidement en jambes et aux espoirs, qui s'y révèlent bien souvent. Un contexte qui ne peut que favoriser les coups de théâtre.

À plus forte raison cette année, où le nouvel ordre du tennis mondial pourrait être remis en cause, tout comme la hiérarchie de janvier 2009 fut chamboulée par la suite. Rappelez-vous l'an dernier : les larmes de Roger Federer qu'on enterrait déjà et le sourire de Nadal nouveau numéro un mondial. Le roi est mort, vive le roi ! semblait-on entendre dans l'enceinte de la Rod Laver Arena. De son côté, Serena Williams redevenait la patronne après sa victoire dans un tournoi marqué par l'absence de Maria Sharapova… Le décor de la saison semblait être posé.

Et pourtant…Les événements allaient prendre une tournure inattendue : victoire de Federer à Madrid face à Nadal et sur terre, premier sacre du Suisse (enfin !) à Roland Garros, blessure de son rival qui ne peut défendre son titre à Wimbledon, finale de Sharapova à l'US Open, Serena acclamée comme la nouvelle reine du circuit qui perd ensuite sa couronne pour ne la retrouver définitivement qu'à l'issu des masters, après l'abandon de Dinara Safina...


 

Come-back et retours de blessures

Résultat, aujourd'hui le tableau 2010 regorge de ces stars déchues qui ne demandent qu'à contester la nouvelle hiérarchie et créer à nouveau la surprise. Et comme si cela ne suffisait pas, ce sont deux monstres sacrés du tennis féminin qui vont faire leur retour. Kim Clijsters, revenue en trombe en remportant l'US Open un mois seulement après son retour à la compétition, qui retrouvera la surface bleue en compagnie de Justine Hénin ; sa compatriote et ex-numéro un mondiale qui a obtenu une wild-card. Ça promet.






 

 

Dur dur…


Les convalescents et ceux qui reviennent de blessure seront aussi en embuscade. Gilles Simon, David Nalbandian et Andy Roddick, pour n'en citer que quelques-uns, devraient avoir à cœur de repartir du bon pied.
D'autres risquent en revanche de les remplacer rapidement sur les bancs de l'infirmerie. Car les surprises viennent aussi des victimes de la chaleur et surtout de la surface dure, fortement traumatisante pour des corps qui ne sont pas toujours prêts pour un tel combat. Melbourne devient alors le théâtre de drames humains qui se jouent devant un public démonstratif et dense (record de fréquentation pour une journée de grand chelem en 2009 avec plus de 66000 spectateurs). Un cadre de jeu qui suscite parfois la polémique. Toni Nadal, l'oncle et entraîneur de Rafael Nadal a ainsi déjà critiqué à plusieurs reprises le trop grand nombre de matchs joués sur des sols aussi contraignants.

L'Open d'Australie et les traumatismes liés aux surfaces dures, ce sera le sujet de notre dossier de décembre dans lequel nous parlerons aussi de l'alimentation du joueur de tennis et  des textiles high-tech. Des sujets de débat qui, eux aussi, vous réservent quelques surprises…

En attendant n'hésitez pas à réagir et à nous donner vos pronostics pour l'édition 2010. Qui va remporter l'Open d'Australie 2010 ?


Par Tennis Addict, Florent Godard
 

Par vanessa fechter


Commentaires (1)

- 02/12/10 - 13h39

j' aime bien se site

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

OK En savoir plus