Newsletter Notre magasin partenaire r Le tournoi des 4eme series
X

CONNEXION

Déjà inscrit(e) ?



Mot de passe oublié ?

Si vous souhaitez vous inscrire


Créer un compte

Conformément aux dispositions de la loi dite Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent recueillies via ce formulaire. Vous pouvez à tout moment exercer ces droits auprès de : TENNISADDICT-YAMS – 2 rue de la nuée bleue – 67000 Strasbourg ou de la page gestion de votre compte.

LE MAGAZINE DU MATÉRIEL DE TENNIS

CHAUSSURE

S'ABONNER

RAQUETTE

raquettes

Produit de légende : la Pure Drive Story

TennisAddict le mag n°15 - Mars 2015 | 24 Février 2015 à 15h30

Par Jean-Sébastien TAUTH

Après plus de 100 ans d'expertise dans les cordages, puis les machines à corder et de mesures (RDC), la marque lyonnaise se lance à son tour sur le marché des raquettes. C'est au début des années 90 que les premiers prototypes sont testés. Pour la partie industrielle, Babolat s'est rapproché d'un spécialiste du carbone, leader dans la fabrication de raquettes de tennis : le taïwanais Kunnan, qui reste aujourd'hui encore son partenaire privilégié.

La promesse marketing se veut simple et articulée autour du besoin du joueur. La gamme, courte, compte 6 raquettes à l'époque, réparties en 3 catégories simples : 
- puissance : Pure Power + Soft Power
- maniabilité : Pure Drive + Soft Drive
- contrôle : Pure Control + Soft Control

La 1ère génération de Pure Drive, commercialisée en 1994, se positionne dans la catégorie «maniabilité». Elle se destine plutôt aux jeunes et aux femmes : look moderne tant par sa forme que par ses coloris, cette raquette se veut tolérante avec son tamis midplus, suffisamment rigide (100% graphite) et profilée pour générer de la vitesse, et surtout légère (280g). Les retours clients sont bons, mais les joueurs cherchent davantage de puissance, même en loisirs. Babolat modifie donc très légèrement son cahier des charges et la masse passe à 290g dans cette version «double line» (1995-1996).

La consécration arrive dès 1997, avec le sacre de Carlos Moya porte d'Auteuil. Babolat a réussi son pari : convaincre les compétiteurs avec une raquette atypique pour l'époque. Il a juste fallu ajouter encore 10g sur la balance pour trouver la recette qui va dès lors rester quasi-inchangée : cadre profilé avec des couleurs éloignées des standards de l'ATP, légère (300g), rigide (autour de 70 RA), équilibre neutre (32 cm) avec un tamis jouable pour n'importe qui (645 cm2).

Avec les cordages polyesters, ce genre de cadre va débuter son règne chez les pros (Roddick, Clijsters et un jeune espagnol prometteur Rafael Nadal…) mais aussi chez les compétiteurs amateurs. Raquette rigide avec plan de cordage ouvert (16x19) + cordage contrôle = puissance avec beaucoup de rotation de balle. Seuls les attaquants ou les frappeurs à plat ne sont pas réellement visés par cette «nouvelle» catégorie de raquette, mais ils sont de moins en moins nombreux dans le tennis moderne.

Contrairement aux anciennes raquettes de pros, c'est bien la 1ère fois que le joueur de club peut réellement progresser avec le cadre de son champion favori. Avec un cordage multifilaments, la Pure Drive se transforme même en raquette de loisirs !

À partir de cette 1ère génération victorieuse à Roland Garros, Babolat va se concentrer sur des modifications mineures de son best-seller. Les caractéristiques vont globalement rester similaires, même si les nouvelles technologies sont introduites au fur et à mesure. La volonté affichée est de rendre chaque nouveau modèle un peu plus facile à jouer, puissant et néanmoins confortable. Car la rigidité élevée, associée à une relative légèreté, ne convient pas à tous les joueurs et peut être plus traumatisante que les raquettes plus souples et plus lourdes (particulièrement pour le tennis elbow).

C'est ainsi que le Woofer (jonc déformable qui assoupli le contact balle/cordage) et le Kevlar apparaissent en 1999. Puis, en 2006, est intégré un antivibrateur en haut du manche, le Cortex. Sur la version GT de 2009, le Tungstène remplace le Kevlar pour augmenter encore la rigidité. En 2012, la 2ème version du Cortex filtre encore mieux les vibrations. En 2014, Babolat a lancé la 1ère raquette connectée, une Pure Drive bardée de capteurs développés avec des experts grenoblois (Movea) pour analyser et partager ses performances. Et cette année, la Pure Drive FSI innove un peu plus avec un plan de cordage densifié au centre.

Babolat a tout simplement institué un standard, une raquette de référence. Toutes les marques proposent désormais une «Pure Drive like» dans leurs gammes. Et même si la raquette parfaite n'existe pas, que les besoins de chaque joueur sont spécifiques, il faut au moins une fois avoir goûté à l'indécente facilité de jouer avec cette Pure Drive.

Et ce n'est d'ailleurs pas une immense surprise de voir que les testeurs de Tennisaddict lui ont décerné le titre de meilleure raquette de l'année 2015 dans la catégorie >290g (voir le test p30).

 

Texte : Jean-Sébastien Tauth / Photo : Babolat VS

Par Jean-Sébastien TAUTH


En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

OK En savoir plus